L'énigme de la chambre 622, Joël Dicker
Je viens de terminer 𝑳’𝒆́𝒏𝒊𝒈𝒎𝒆 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒄𝒉𝒂𝒎𝒃𝒓𝒆 𝟔𝟐𝟐, de 𝑱𝒐𝒆̈𝒍 𝑫𝒊𝒄𝒌𝒆𝒓. Jusque-là, je n’avais lu que son premier roman qui m’avait transportée jusqu’à la dernière page !
Dans ce roman, L’écrivain est son propre personnage. Il n’est pas sans rappeler 𝑴𝒖𝒔𝒔𝒐, 𝑳𝒂 𝒗𝒊𝒆 𝒔𝒆𝒄𝒓𝒆̀𝒕𝒆 𝒅𝒆𝒔 𝒆́𝒄𝒓𝒊𝒗𝒂𝒊𝒏𝒔 (sorti un an avant), que j’avais beaucoup aimé. En effet, s’inclure soi-même en tant que personnage m’avait énormément séduite, car cela ne peut qu’interroger le lecteur et le faire se projeter lui-même davantage dans l’enquête (puisque les deux romans sont tournés comme tels)…
Nous sommes en 2018, l’écrivain est dans un hôtel. Il va faire la connaissance de sa voisine de chambre. Ensemble, ils vont mener une enquête pour savoir ce qui s’est passé, quelques années auparavant dans cette 𝒄𝒉𝒂𝒎𝒃𝒓𝒆 𝟔𝟐𝟐…
Entre moments personnels liés à l’écriture même de son roman et enquête, les pages se mélangent pour ne faire que le gros roman que nous avons dans les mains.
Nous sommes loin de son premier roman qui nous tenait en halène d’un bout à l’autre, mais j’ai quand même beaucoup apprécié celui-ci. J’aime voir l’auteur montrer son humanité, ses failles et ses forces. J’aime me demander quelle est la part de la fiction et celle de la réalité…
On s’attache à lui comme à un personnage, on devient alors nous-même quelque peu un de ses personnages.
J’ai passé un agréable moment à ses côtés, même si je pense que l’énigme en elle-même restera moins gravée dans ma mémoire que les passages liés à l’écrivain lui-même (il se nomme ainsi dans le roman)…
Je vous souhaite une très bonne lecture !
𝑽𝒊𝒐

Pensez à nous suivre également sur Facebook.

Retour à l'accueil